Au milieu de l’infini de Gabriel B.

Gabriel m’envoie un texte en vers de sa plume qu’il souhaite vous partager!

Magalie nous partage son illustration, sa perception de l’infini, de ce poème.
A vous donc cette fois-ci de jouer les laborantins, et de nous dire ce que ce texte vous évoque, et ce qu’il remue en vous!

Réalité
Architecture des milieux dans lesquels évoluent les organismes
Les êtres dont le contour est clairement visible
Ancrés par l’aspect extérieur d’un corps
Tissé dans des filaments de matière qui impriment les frictions
Entre deux boucles temporelles qui se traduisent en attraction / répulsion
Dans la pièce dramatique où l’individu prend forme par l’union d’unités disparates
Elles mêmes produites par la condensation
De corps chimiques plus petits
Qui ne meurent pas mais changent de forme quand la nature suit son cours
Passe d’un état à un autre
À un autre

Le normal absolu squatte l’abîme
Se fait substance des corps
Établit et distribue les rôles
À l’eau la terre
À l’air du feu
Histoires triviales
Amourettes des éléments
Sur une pile de cadavres

Chorégraphie d’un vecteur et d’une masse en suspension portant une charge négative dans une
matrice positive
L’ensemble des objets en orbite figure la scène de théatre
Les parties se joignent pour le prestige
Saluent les forces naturelles d’une planète en mouvement autour d’un axe qui assaisonne ces
éléments

Son pouvoir permet notamment aux instruments de jouer leur gamme
Leur partition superficielle
En soirée privatisée où la bigoterie sociale se pomponne
Le temps d’une note

L’être humain n’est plus un enfant
Il ne joue plus
Il ne joue plus à se positionner sur une échelle mais
Se positionne sur une échelle
L’humain invente l’humanitaire
Les sorties scolaires
Les sorties de secours
Les sorties en boite
La nourriture en boite le logement
L’actualité locale, nationale, internationale, pipole

L’ordre
Les forces de l’ordre
Des formes
Des moyens d’accéder à ces formes
Au flot constant de nouvelles formes

Il produit du spectacle
Vend des tickets pour le plaisir d’aisance ou la blonde atomique
Introduit les notions de manque et de modération
Puis il meurt

Son corps, son centre psychique s’évaporent,
S’en retournent à leurs origines
Dans l’espace limité d’un système qui transforme une énergie entrante en information
En action
En énergie sortante qui
Régénère la vie qui
À son tour l’absorbe
Ou l’offre en sacrifice

La satiété dépend du degré d’activité
Du potentiel énergétique

Certains os et organes
Expulsés du corps
Sont mis à l’écart

Les survivants se sensibilisent à la lumière
Prennent la mesure du rôle qu’ils interprètent
Travaillent, agissent à l’évolution positive de la civilisation
À l’organisation sociale, intellectuelle
À remettre les classes à l’horizonale
Ce qui est indispensable
Pour interpréter librement la tragédie
La mise en scène de la relativité de la matière
De l’abstraction
Concrétisation
Organisation des choses
Pour exister vraiment

Les poumons expulsent l’air
Qui fait vibrer les cordes vocales
Pour produire un son
Un cri de guerre voire d’amour pour
Transmuter
Guérir
Obtenir la pierre des philosophes
Le saint bol
En associant les éléments par relations logiques et analogiques
Les nouant
Pour avoir le contrôle de ses propres organes en cadence
En harmonie
Au rythme d’une phrase
Le temps d’un vers

Pour ce qui reste après la mort…

Des enfants, des animaux se font soumettre
Pour les pages d’un livre
Par des discours matraqués qu’il nous faut vaincre
À travers des myriades transverbales de syllabes et de mots ça crée inéluctablement et sans limites
de délectables dialectes
Qui s’inscrivent en mémoire
En soi et autour de tout jusqu’au fond de l’espace
Des mots
Qui résonnent comme un obstacle fondamental
Aux administratives instances qui statuent sur le maintien en bonne santé
De la croissance
Leur satiété
La domination par l’autorité
La pression

L’heureux père nous fixe des bornes à ne pas dépasser
Rationne
Oriente
Distribue l’occupation des volumes
Fait naître ça et là quelques désaccords dans ce bourbier qu’il perçoit comme un ensemble de
dimensions mesurables
Absorbables
Nie les reflets nacrés sur les perles sublimes
Résume le mouvement à l’utile
Réduit la conscience à la capacité de dépendre
Ramène la parole à quelques éléments de base
Pour posséder jusqu’à la prononciation des sons
Il cristalise le vent et se décrète au centre des extrémités

Pour se crédibiliser décrédibilise l’incrédule
L’éclipse dans la courbe du temps
Déifie la similarité des choses que l’on peut voir et toucher

Certaines âmes insensibles à la pressurisation physique
Morale
Agressive
Brutale
De cet amoncellement de morceaux brisés
Pensent leur identité
Leur abîme
Les acceptent

Certains d’entre eux s’opposent aux préceptes
Aux commandements
D’une foule folle
Et responsabilisent leurs émanations

Pour revendiquer leur existence comme une
Construction d’éléments distincts
Fixés sur la surface obtenue par l’assemblage de fibres
En un ensemble de petites pièces individuelles
Formées par un assemblage
Un condensé de molécules qui se transforme
Évolue
Devient différent
Intègre des principes
Compose la matière
Constitue l’élément commun (hydrogène – oxygène)
Compose des corps

La danse d’un noyau et d’un nuage d’électrons (et d’autres bagatelles)
Dans le plus petit décor les atomes se lient
Grandissent et nourrissent les éléments d’un disque en rotation
Contenant les informations qui permettent aux organes de fonctionner en extérieur
Cérémonie fastueuse qui met l’apparence en valeur

Un homme construit par l’homme
Construit par l’homme construit pour travailler à sa place
Plus efficace au charbon
Il est calme
Dans le ventre d’une machine qui avale ses victimes dans la violence et la force

Isolé
Sans rien que sa capacité à la perception
Préhension
Locomotion

Ce portrait correspond pourtant à un personnage œuvrant au progrès social
Culturel
Esthétique
Technique
En démontrant les travers d’une société qui simplifie l’être et la chose à leur caractère commun
À leur drame structurel

Une voix intense relie ces fragments de Grand-Œuvre construits sur la partie qui borde les
dimensions
Les rapproche et les réunit pour les jumeler

Les os du squelette
Se dressent alors en filaments d’une musique
Réduite au Néant par le travers d’un mantra qui entraîne la conscience dans l’étendue indéfinie qui
retient contient et entoure toute chose

Dans cette intervalle qui sépare deux laps de temps
On comprend l’individu qui s’oppose au collectif
Au collectif qui
Pour entretenir et développer sa puissance
Le soumet
Le compresse dans la masse
Le limite à une portion déterminée d’espace
Divise son temps
Le prend dans le carcan des conventions

Fut-il désorienté fut-il désoccidentalisé
Il acquiert un savoir chosifié dont l’inertie lie les mots entre eux pour pouvoir parler
Pour penser il reproduit une connaissance intuitive
Imprécise
Qui sert de base à l’imaginaire

Il dessine un point au centre de ce qui n’en a pas
À égale distance des extrémités qui n’existent pas
Un point
Sur ce qui lui est important
Se consacre à collectionner des objets
Puis
Se tourne logiquement vers ceux qui luttent
Qui refusent la contrainte par la violence
S’accordent pour se désunir en fragments détachés de tout
Imaginent leur fond
Leur forme
Comme contraires aux règles d’une pensée unique

Parfois à l’improviste
Leurs plus belles formes se chargent en eau

On y trouve des êtres complexes en suspension
Tissus, organes, cellules, macromolécules qui
Résistent, changent
Se renouvellent,
Assimilent les éléments

Atomes, petites molécules
Croîssent et se reproduisent
En un indispensable ensemble de pièces qui constituent un mécanisme
Un appareil
Une machine de fer et de carbone
Posée quelque part à l’intérieur de certains mammifères domestiqués

Son rôle dans l’essor de la civilisation élémentaire :
Réduire l’espèce à un ensemble organisé
Digital contrôlable
Sans fil

Prothèses implantées sur le bord des mâchoires
La plupart des vertèbres mises en morceaux
Détruites par la répétition
La répétition de soi
Dans l’espace compris entre les limites de l’individu
Qui subit de trop grandes forces
Des pressions généralisées

Ceux qui ne résistent pas se mettent en pièces
Explosent en morceaux
En lambeaux sublimes qui forment une œuvre
Un ensemble de vibrations fondamentales
Plus ou moins régulières
Plus ou moins irrégulières
Conçues au milieu de l’infini

Alors? A vos claviers lecteurs! Qu’en pensez vous? Ca résonne en vous?

N’hésitez pas à consulter les autres écrits de notre artiste, et à partager sur Facebook et Twitter!

Axelle

Axelle

L'Ésotérisme et les sciences fondamentales de l'énergie, de leur circulation l'Alchimie, les Runes, la Magie, la Philosophie, le Magnétisme ne sont plus une passion mais bien une part entière de ma vie depuis de nombreuses années malgré mon jeune âge. Ne supportant plus le mysticisme et le charlatanisme, je me suis lancée dans une quête de vérité et je vous emmène avec moi! On a une belle épopée à faire, et si l'aventure vous fait peur, avec le Laboratoire, vous pouvez suivre tout ceci depuis votre écran!
Axelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *